TABLE RONDE AUTOUR DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET AUX FILLES AUTOCHTONES EN TERRE AKA, ORGANISÉE PAR LA FONDATION EBOKO ET LE MUSÉE AKA.

Table ronde organisée par la Fondation Eboko et le musée Aka sur les violences faites aux femmes et aux filles autochtones en terre AKA

Il s’est tenu hier Samedi 12 Mars 2022 à Brazzaville, une table ronde sur les violences faites aux femmes et aux filles autochtones en terre AKA, au musée des AKA sis au 24 rue kintele à Talangai près du marché de l’intendance.

Nous tenions à remercier chaleureusement tous les participants. Merci aux femmes autochtones qui ont pris la parole. Merci à
Madame Thérèse BARATEAU, à Nestelia Forest, à Theresa bouams, à Larissa ONDZIE ONGOGNI à Patricia NZE NZE et à Fanie EMINABONGO GOUMA d’avoir répondu présents a notre invitation.
Merci à toute l’équipe et à toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette rencontre.

Ensemble, contribuons à construire un monde plus durable et solidaire.

CONFERENCE MINISTERIELLE SUR LE CLIMAT

Les 7 et 8 mars dernier, j’ai eu l’honneur et le privilège de prendre part à la conférence ministérielle sur le climat et au sommet Climate Chance Europe 2022 à Nantes. Cette conférence sur le climat à été organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne par le ministère de la Transition écologique, en présence des responsables de haut niveau issus d’États membres et d’organisations européennes et internationales avec des acteurs des territoires, élus locaux et régionaux , entrepreneurs et chercheurs.

Nous nous sommes réunis autour des enjeux climatiques mondiaux : solidarité climatique avec les pays en développement, multilatéralisme climatique, politiques d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

Pour rappel, le sommet Climate Chance Europe a été le premier sommet climat en présentiel depuis la COP de Glasgow.

Journee internationale des droits des femmes dans les écoles de la république du Congo.

Les violences contre les femmes sont l’une des violations des droits humains les plus répandues dans le monde et pourtant les moins reconnues.

Les violences faites aux femmes ne comprennent pas seulement les insultes ou les coups, elles signifient également des droits dénigrés, des opportunités limitées et des voix réduites au silence .L’impact humain et économique des violences faites aux femmes est considérable.

S’il est vrai que les communautés subissent tout entières les conséquences des conflits armés, les femmes et les petites filles sont particulièrement touchées en raison de leur place dans la société et de leur sexe.

Les femmes sont donc enfermées dans un douloureux paradoxe : alors qu’elles sont les principales victimes civiles des conflits, elles n’ont souvent aucun moyen de les prévenir, sont exclues des négociations visant à régler les conflits et sont cantonnées à un rôle marginal dans le processus de reconstruction et de réconciliation postérieur aux conflits.

L’objectif cette journée était à la fois de sensibiliser sur le cycle de la violence et de savoir montrer que cette violence peut toucher tout le monde, mais aussi de promouvoir la paix, d’accueillir et d’accompagner les victimes de violences.

♀️📢 Les députés de la République du Congo ont approuvé le 2 mars dernier, le projet de loi portant sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Cette disposition vise à prévenir et réprimer les violences faites faites aux femmes et aux filles, accompagner les victimes et sanctionner les auteurs de ces actes.

Ce 8 mars 2022, nous avons eu la chance de travailler avec des partenaires engagés, qui partagent les mêmes valeurs que nous ; sans eux, cette journée n’aurait pas eu le même écho c’est pourquoi, nous tenons à leur adresser nos remerciements les plus sincères.

Rejoignez-nous ! Ne vous taisez plus ! Ensemble, contribuons à briser le cycle de la violence.

Les élèves de l’école Joseph Perfection education au Lycée de la Révolution
Aurore OLANDZOBO, Directrice du bureau du Président de l’UNOC
Flora Michelle Kombo KIMBOUALA, Psychologue et Point Focal SGBV(AARREC)
Dorothée LISENGA, coordinatrice du CFLED
Orlove LOUBAKI ( Association des femmes Juristes du Congo)
La voix des Femmes Autochtones du groupe Ndima pour dénoncer les viols
Fanie EMINABONGO GOUMA, Modératrice
Élèves de l’école Joseph Perfection Education
Femmes réfugiées en République du Congo
OBAMBE GAKOSSO 2ème Vice-président de la Fondation Eboko et Fayigga GALOMI Cheffe de Projet
Louisiane MANDZANGA et Larissa ONDZIE, Panéliste lors du tour de table en présence des Femmes Victimes de violences
Rodi, Batte et Lesage

SOMMET UE-UA PAR LES JEUNES

En prélude au sommet UE-UA des 17 et 18 février, Vanessa Mavila, présidente de la Fondation Eboko a eu l’honneur et le privilège d’intervenir lors d’une conférence organisée par l’OJUEA pour les jeunes sur le thème central de la Gouvernance.

C’était l’occasion pour elle d’evoquer le rôle capital des jeunes dans l’atteinte des objectifs de developpement durable d’ici à 2030.

Dans la mesure où les objectifs de développement durable sont une problématique mondiale, ils ne pourront être atteints à moins que tous les États, les agences internationales, les organisations, les entreprises, et tous les citoyens n’y apportent leur contribution.

La Fondation Eboko dont les objectifs sont principalement liés à la protection de l’environnement, recommande la création d’un campus d’échange entre la jeunesse des deux continents et le peuple autochtone issu du coeur vert de l’Afrique afin de beneficier de la connaissance et prévenir les crises environnementales.

Vanessa MAVILA

CONFERENCE

Le 8 mars prochain, journée internationale des Femmes, la Fondation Eboko et l’UFAP donneront la parole aux femmes victimes de violences, aux professionnels de santé et aux acteurs de la solidarité.

Ils vous offriront un portrait intimiste de celles qui représentent la moitié de l’humanité par le biais de notre conférence entre lycéens et les femmes victimes de violences au sein de l’amphithéâtre du Lycée de la révolution à 10H00, sous le thème : « Au-delà des larmes et de la douleur, la reconstruction. »

Outre l’intérêt qu’une telle rencontre ne manquera pas de susciter autour d’un message de reconstruction dans la paix et l’espoir, elle aura surtout pour objectif de dénoncer et combattre les effets des violences et des conflits armés sur les femmes.

Cette démarche à pour but ultime de libérer la parole des victimes mais aussi d’ouvrir le débat sur ces questions qui sont des enjeux pour les générations à venir.

Pour parvenir à une paix durable, il est donc fondamental que chacun s’imprègne, dès son plus jeune âge, d’une culture pacifiste, qui honore la justice et la tolérance pour tous et pour toutes les nations. Chacun devrait également être initié aux principes du règlement des conflits, de la médiation, de la lutte contre les préjugés et du respect de la diversité.

Reservation obligatoire au +242 06-455-96-42.

RAPPORT D’ACTIVITÉS 2021

Chers amis, Chers adhérents,

Au nom du Bureau de la Fondation Eboko, je vous présente mes Meilleurs vœux pour l’année qui commence, pour vous-mêmes et les vôtres. Que 2022 vous garde tous en bonne santé et réponde à vos attentes.

Les deux années écoulées ont mis en exergue la résilience des acteurs associatifs les plus mobilisés en faveur de l’atteinte des Objectifs de développement durable. Nous avons su garder le cap et nous réinventer en créant davantage de proximité malgré le contexte sanitaire.

Nous espérons que cette nouvelle année sera une étape essentielle pour rejoindre la voie d’une transition juste, conciliant les enjeux environnementaux, économiques et sociaux, dans la lignée de l’Agenda 2030.

Je tiens à cette occasion à vous remercier du fond du cœur pour l’engagement sans faille que vous portez à notre belle association. Sans vous rien ne serait possible, alors un grand MERCI à toutes et à tous !  

Je forme le vœu que la situation sanitaire vous laisse vivre des moments de joie et de convivialité en famille et avec vos amis.

Vous pouvez télécharger ici, le rapport d’activités 2021 de la Fondation Eboko.

Avec l’expression de mes sentiments exprimés.

Vanessa MAVILA  
Présidente

Rejoignez-nous !

16 JOURS D’ACTIONS CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES.

Le 27 novembre dernier, Vanessa MAVILA, présidente de la Fondation Eboko, a eu l’honneur de participer en tant que paneliste, à une conférence débat organisée par l’ONG Tossala en République du Congo. Cette conférence etait placée sous le thème : COMMENT LUTTER CONTRE LA VIOLENCE ÉCONOMIQUE FAITE AUX FEMMES?

À quoi correspond exactement la notion de violence économique contre les femmes ?

La violence économique rassemble un ensemble d’action de contrôles sur l’autonomie financière des femmes comme le chantage aux finances, le harcèlement sur le contrôle des achats, la confiscation des salaires ou des biens, voire même l’interdiction de travailler.

« Je pense sincèrement que l’information des femmes et la prévention des acteurs de terrain sont des outils clés pour lutter contre ces violences. »

L’éducation financière et l’information sont les premiers outils de lutte contre les violences économiques. D’ailleurs, l’ONG #Tossala à mis en place les ateliers #Zaba pour accompagner les femmes vers le chemin de l’autonomisation.

L’Union des Femmes Africaines pour la paix, collectif des Femmes de la Fondation Eboko propose un accompagnement social et professionnel aux femmes et jeunes filles mères victimes de violences. Nous menons également des campagnes de sensibilisation dans les écoles afin de promouvoir le leadership Féminin. Nous remercions L’ONG #Tossala avec qui nous travaillons en partenariat de nous avoir convié à prendre part à cette conférence.

Merci également à l’ Institut Français du Congo ainsi qu’à l’Union européenne au Congo Brazzaville.

Merci à Munvuk’Art et à Dynasty LUNCH BAR nos partenaires.

AGIR POUR L’ENVIRONNEMENT :

RENCONTRE INTERCULTURELLE ENTRE LE BASSIN DU CONGO ET CHÂTEAU-THIERRY, ORGANISÉE PAR LA FONDATION EBOKO DANS LE CADRE DU FESTISOL.

🌍 [CONFÉRENCE VERTE] 🌍

Dans le cadre du Festival des Solidarités (Festisol), vous avez été nombreux à venir découvrir Sorel ETA et le peuple autochtone pygmée Aka à l’occasion d’une rencontre-conférence sur les menaces d’extinction de leur culture.

C’etait une très belle réussite. Un grand merci à Mr Sébastien Eugène, Maire de la ville de Château-Thierry, à Greta Franclet, à Nathalie Redouté et au Conseil Départemental de l’Aisne sans qui cette belle rencontre n’aurait pas eu lieu.

Nous tenons à vous remercier pour cette belle soirée d’échanges et de partages. Nous avons été heureux de pouvoir vous rencontrer et espérons que l’événement était à la hauteur de vos attentes.

Merci à Sorel pour ce moment autour de cette cause qui nous tient à cœur. Merci à la Commune de Château-Thierry, Les langues autrement , le Case Agir , Élicook Lod, les Ateliers Citoyens du Congo , ‘Association Omois Environnement et l’ UFAP : Union des Femmes Africaines pour la Paix.

Sorel Eta et les Aka, dans le cadre du Festisol à Chateau-Thierry
Vanessa MAVILA avec le peuple Aka, Sore Eta, Greta Franclet et quelques personnes du public.

LES RENCONTRES EUROPE-AFRIQUE PAR LES JEUNES.

J’ai eu l’honneur d’avoir été conviée à participer en tant que speaker, à la La 3ème édition des Rencontres Europe-Afrique (REA), par les jeunes 2021.
Cette 3ème édition rentre dans le cadre de la consultation citoyenne initiée par la plateforme POUR UNE CAUSE.FR Organisation des Jeunes pour L’Union Européenne et Africaine.

Cette rencontre visait à échanger sur la question de l’égalité entre les genres en Europe et en Afrique. Je vous invite à nous rejoindre samedi 23 octobre à partir de 17h au 68 rue du rocher à Paris, pour la suite des rencontres Europe-Afrique.

Bravo aux organisateurs !
N’oubliez pas, RDV samedi prochain au 68 rue du rocher à Paris.

Vanessa MAVILA