ÉCHOS DE LA FEMME RURALE

Les femmes sont les piliers de la production agricole et de la sécurité alimentaire en Afrique. Elles sont gardiennes de la culture traditionnelle et doivent transmettre ce savoir à la jeune génération.
Elles réinvestissent jusqu’à 90% de leurs revenus pour l’alimentation et la santé de la famille, ainsi que pour l’éducation des enfants. Pourtant elles subissent de nombreuses inégalités, et leur voix n’est que trop rarement entendue.

Le rôle que les femmes jouent dans l’agriculture n’est malheureusement pas reconnu et il est pourtant crucial, au champ pour la production comme au marché pour la vente des denrées. En Afrique, les femmes sont également responsables au quotidien de l’alimentation de la famille. Or, 70% des personnes qui souffrent de la faim dans le monde sont des femmes, vivant notamment en milieu rural.

L’ Organisation des Nations-Unies pour lAlimentation et l’GRICULTURE à mis en place le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) qui a été conçu dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), pour mettre l’accent sur l’investissement sur trois «piliers» interdépendants susceptibles de faire changer les choses en Afrique. Nous rappelons également que l’autonomisation de la Femme est considéré comme un facteur clé de l’agenda 2063 ( Déclaration de Malabo et l’« Agenda 2063 » de l ‘Union africaine (UA).

Les jeunes et les femmes doivent s’engager davantage dans les processus agricoles de production et ne plus attendre que tout soient importés. En effet, l’Afrique doit réduire sa dépendance des exportations des matières premières et des importations, autres facteurs qui crèvent les économies africaines.

La condition féminine en milieu rural reste également dominée par les époux et les beaux-parents. En effet, l’épouse du chef d’exploitation a longtemps été considérée comme « sans profession ». Son travail dans la ferme (généralement celle de la belle-famille) prolongeait le travail accompli dans la maison sans qu’il soit besoin de lui associer la moindre reconnaissance d’ordre professionnel. On peut parler à cet égard d’une sorte d’invisibilité professionnelle.

Echos de la Femme Rurale, coalition des femmes issues du Bassin du Congo naîtra officiellement le 8 août 2022 à Kinshasa.

Avec COJET Plate-forme UFAP : Union des Femmes Africaines pour la Paix PlastyCor – Plastics Can Make It Beautiful Espérance Mères et Enfants en RDC Maison Castel Eboko Youth for SDGs Kosangana

NOTRE NOUVELLE COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS 2022🍀🌍

Membre du Pacte mondial Réseau France depuis août 2020, nous réaffirmons notre engagement à respecter les 10 grands principes du Pacte Mondial relatifs aux droits humains, aux normes internationales du travail et à l’environnement.

CLASSEMENT DES 700 PERSONNALITÉS LES PLUS INFLUENTES DU CONTINENT AFRICAIN

Je suis honorée de figurer dans le classement 2022 des 700 personnalités les plus influentes du continent Africain de Tropics Magazine. Merci au Magazine d’avoir reconnu ma contribution au développement de l’Afrique a travers mes différentes actions en faveur de la jeunesse, l’égalité entre les genres, la paix et la sécurité, la lutte contre le chômage des jeunes en milieu rural à travers des chantiers d’insertions en éco-construction, la préservation du patrimoine naturel, culturel, matériel et immatériel. Je suis #AfricanDOers

[ POWERLIST ] The #AfricanDOers 2022 – La liste annuelle du prestigieux magazine #TropicsMagazine basé en Afrique du Sud est officiellement disponible. La prestigieuse liste honore des femmes et des hommes d’ascendance africaine remarquables dans tous les domaines, et surtout ceux qui se sont donné pour mission d’alimenter l’image de l’Afrique par des récits et des actions positives. Découvrez qui sont les laureats de 2022 et comment ces derniers ont été sélectionnés par la rédaction et le jury international: https://lnkd.in/eVgKjhBd

RAPPORT D’ACTIVITÉS DES JOURNÉES DU 8-12 MARS 2022 ET LANCEMENT DU PROJET « AU-DELÀ DES LARMES ET DE LA DOULEUR, LA RECONSTRUCTION »

Vous l’attendiez. Voici notre rapport d’activités des journées du 8 et 12 mars 2022.

Pour rappel, le projet « Au-delà des larmes et de la douleur, la reconstruction porté par la Fondation Eboko à été lancé officiellement le 8 mars 2022. Un projet basé sur l’Accompagnement des femmes victimes de violence à travers des ateliers d’arts thérapies dans les deux Congo.

En effet, les violences sexuelles sont commises depuis toujours en temps de guerre, leur utilisation comme véritable arme de guerre, est quant à elle, beaucoup plus récente à l’échelle de l’Histoire. L’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), notamment au Nord-Kivu et Sud-Kivu, en est le théâtre à ciel ouvert.

Les violences envers les femmes sont parfois banalisées, voire encouragées par des stéréotypes. L’école a un rôle à jouer pour prévenir les violences entre jeunes, lutter contre des comportements sexistes et assurer une éducation au respect afin d’éviter que ne s’ancrent à l’âge adulte des comportements de domination générateurs de violences envers les femmes.

C’est donc dans l’objectif de vulgariser les lois et politiques qui interviennent dans le cadre de la lutte contre ce fléau qui continue à prendre de l’ampleur que nous avons mis en place ce projet basé sur l’accompagnement des femmes victimes de violence à travers des ateliers d’arts thérapies au Congo.

Lobjectif de ce projet qui s’étend sur la durée est :

  • D’améliorer le bien-être physique, mental et social des femmes victimes de violences,
  • Donner la possibilité à ces femmes d’exprimer leur vécu, leur ressenti, leurs émotions à travers les créations réalisées pendant l’atelier mais aussi par les échanges collatéraux avec le groupe,
  • Favoriser le développement d’une image positive de soi,
  • Permettre aux participants d’être mieux armé pour gérer leurs émotions, leurs stress et les pressions,
  • Permettre aux personnes d’éprouver du plaisir et un relâchement des tensions,
  • mener des campagnes de sensibilisation au sein des collèges,
  • Lutter contre les violences economiques à travers des sessions de formations…

FORUM RÉGIONAL 2022 DE LA CEE-ONU SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Comment mieux reconstruire après la crise de la COVID-19 tout en faisant progresser la mise en œuvre intégrale de l’Agenda 2️⃣0️⃣3️⃣0️⃣ pour le développement durable dans la région de la CEE-ONU ?

Du 6 au 7 avril 2022, nous avons participé au Forum régional 2022 de la CEE-ONU sur le développement durable au siège des Nations Unies à Genève en Suisse.

Le but de ce Forum était de découvrir des actions politiques concrètes, pour accélérer la progression des ODD et soutenir les efforts visant à construire une économie forte et durable dans les pays membres de la #UNECE.

Les conséquences et les dégâts de la guerre en Ukraine et dans le monde ont été au cœur des discussions lors du sommet.

Le Forum régional 2022 nous a offert des opportunités d’échanges et d’apprentissages entre pairs sur la manière d’accélérer les progrès des ODD dans le contexte de la COVID-19 sous plusieurs formats, notamment des sessions plénières, des tables rondes d’apprentissage entre pairs, des événements parallèles et des consultations préparatoires.

Les ODD suivants ont été examinés en profondeur :

ODD 4 – éducation de qualité et apprentissage tout au long de la vie,

ODD 5 – Égalité entre les genres et autonomisation des femmes et des filles,

ODD 14 – vie sous l’eau : océans, mers et ressources marines,

ODD 15– vie terrestre : écosystèmes terrestres, forêts, désertification, dégradation des terres, biodiversité,

ODD 17 – partenariats pour les objectifs.

Vanessa MAVILA, Présidente de la Fondation Eboko

TABLE RONDE AUTOUR DES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET AUX FILLES AUTOCHTONES EN TERRE AKA, ORGANISÉE PAR LA FONDATION EBOKO ET LE MUSÉE AKA.

Table ronde organisée par la Fondation Eboko et le musée Aka sur les violences faites aux femmes et aux filles autochtones en terre AKA

Il s’est tenu hier Samedi 12 Mars 2022 à Brazzaville, une table ronde sur les violences faites aux femmes et aux filles autochtones en terre AKA, au musée des AKA sis au 24 rue kintele à Talangai près du marché de l’intendance.

Nous tenions à remercier chaleureusement tous les participants. Merci aux femmes autochtones qui ont pris la parole. Merci à
Madame Thérèse BARATEAU, à Nestelia Forest, à Theresa bouams, à Larissa ONDZIE ONGOGNI à Patricia NZE NZE et à Fanie EMINABONGO GOUMA d’avoir répondu présents a notre invitation.
Merci à toute l’équipe et à toutes les personnes qui ont contribué à la réussite de cette rencontre.

Ensemble, contribuons à construire un monde plus durable et solidaire.

CONFERENCE MINISTERIELLE SUR LE CLIMAT

Les 7 et 8 mars dernier, j’ai eu l’honneur et le privilège de prendre part à la conférence ministérielle sur le climat et au sommet Climate Chance Europe 2022 à Nantes. Cette conférence sur le climat à été organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne par le ministère de la Transition écologique, en présence des responsables de haut niveau issus d’États membres et d’organisations européennes et internationales avec des acteurs des territoires, élus locaux et régionaux , entrepreneurs et chercheurs.

Nous nous sommes réunis autour des enjeux climatiques mondiaux : solidarité climatique avec les pays en développement, multilatéralisme climatique, politiques d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

Pour rappel, le sommet Climate Chance Europe a été le premier sommet climat en présentiel depuis la COP de Glasgow.

Journee internationale des droits des femmes dans les écoles de la république du Congo.

Les violences contre les femmes sont l’une des violations des droits humains les plus répandues dans le monde et pourtant les moins reconnues.

Les violences faites aux femmes ne comprennent pas seulement les insultes ou les coups, elles signifient également des droits dénigrés, des opportunités limitées et des voix réduites au silence .L’impact humain et économique des violences faites aux femmes est considérable.

S’il est vrai que les communautés subissent tout entières les conséquences des conflits armés, les femmes et les petites filles sont particulièrement touchées en raison de leur place dans la société et de leur sexe.

Les femmes sont donc enfermées dans un douloureux paradoxe : alors qu’elles sont les principales victimes civiles des conflits, elles n’ont souvent aucun moyen de les prévenir, sont exclues des négociations visant à régler les conflits et sont cantonnées à un rôle marginal dans le processus de reconstruction et de réconciliation postérieur aux conflits.

L’objectif cette journée était à la fois de sensibiliser sur le cycle de la violence et de savoir montrer que cette violence peut toucher tout le monde, mais aussi de promouvoir la paix, d’accueillir et d’accompagner les victimes de violences.

♀️📢 Les députés de la République du Congo ont approuvé le 2 mars dernier, le projet de loi portant sur la lutte contre les violences faites aux femmes. Cette disposition vise à prévenir et réprimer les violences faites faites aux femmes et aux filles, accompagner les victimes et sanctionner les auteurs de ces actes.

Ce 8 mars 2022, nous avons eu la chance de travailler avec des partenaires engagés, qui partagent les mêmes valeurs que nous ; sans eux, cette journée n’aurait pas eu le même écho c’est pourquoi, nous tenons à leur adresser nos remerciements les plus sincères.

Rejoignez-nous ! Ne vous taisez plus ! Ensemble, contribuons à briser le cycle de la violence.

Les élèves de l’école Joseph Perfection education au Lycée de la Révolution
Aurore OLANDZOBO, Directrice du bureau du Président de l’UNOC
Flora Michelle Kombo KIMBOUALA, Psychologue et Point Focal SGBV(AARREC)
Dorothée LISENGA, coordinatrice du CFLED
Orlove LOUBAKI ( Association des femmes Juristes du Congo)
La voix des Femmes Autochtones du groupe Ndima pour dénoncer les viols
Fanie EMINABONGO GOUMA, Modératrice
Élèves de l’école Joseph Perfection Education
Femmes réfugiées en République du Congo
OBAMBE GAKOSSO 2ème Vice-président de la Fondation Eboko et Fayigga GALOMI Cheffe de Projet
Louisiane MANDZANGA et Larissa ONDZIE, Panéliste lors du tour de table en présence des Femmes Victimes de violences
Rodi, Batte et Lesage

SOMMET UE-UA PAR LES JEUNES

En prélude au sommet UE-UA des 17 et 18 février, Vanessa Mavila, présidente de la Fondation Eboko a eu l’honneur et le privilège d’intervenir lors d’une conférence organisée par l’OJUEA pour les jeunes sur le thème central de la Gouvernance.

C’était l’occasion pour elle d’evoquer le rôle capital des jeunes dans l’atteinte des objectifs de developpement durable d’ici à 2030.

Dans la mesure où les objectifs de développement durable sont une problématique mondiale, ils ne pourront être atteints à moins que tous les États, les agences internationales, les organisations, les entreprises, et tous les citoyens n’y apportent leur contribution.

La Fondation Eboko dont les objectifs sont principalement liés à la protection de l’environnement, recommande la création d’un campus d’échange entre la jeunesse des deux continents et le peuple autochtone issu du coeur vert de l’Afrique afin de beneficier de la connaissance et prévenir les crises environnementales.

Vanessa MAVILA